Maigrir en courant

Aller en bas

Maigrir en courant

Message par LRDL le Mar 6 Mai 2008 - 7:55

Quelle est la bonne vitesse de course pour "perdre des graisses" ?

Comment courir pour perdre du poids, pour diminuer le taux de "mauvaises graisses"… et donc abaisser le risque d'accidents cardio-vasculaires ?

Le première réponse apportée à cette question a été de dire que pour consommer les graisses, il fallait courir doucement et longtemps. Cette approche était basée sur deux constats qui semblent imparables :
1en courant longtemps on peut - au final - consommer plus de calories pendant l'effort
2l'utilisation des graisses est maximale pour les allures faibles. Dès que la vitesse augmente l'utilisation des sucres devient prépondérante.


Et pourtant dans les derniers mois des constats bien différents ont été réalisés.
1Il a été montré que des intensités intermédiaires de course (type footing rapide) sont nécessaires pour permettre une transformation significative des mauvaises graisses en bonnes graisses (ex: cholestérol de basse densité LDL en cholestérol de haute densité HDL).
2Il a également été observé que contrairement à toutes les idées reçues un entraînement plus intense permettait sur le long terme une perte de masse grasse plus importante qu'un entraînement long et lent. Ceci semblait lié au fait que cet entraînement permettait de développer des groupes musculaires susceptibles de consommer des graisses non pas pendant l'exercice mais pendant le reste de la journée !

Ainsi vont les connaissances qui avancent et se remettent en cause. Mais derrière l'ensemble des "transformations" du savoir un fait semble émerger : lorsque nous prétendons expliquer nos choix d'entraînement par une ou quelques relations simples seulement (par exemple "je cours seulement en footing lent parce que ça fait perdre du poids") nous réduisons irrémédiablement la diversité du réel et nous perdons alors une bonne partie des effets indirects que cette diversité peut engendrer.



Références indicatives : Effects of submaximal Exercise on Hight-Density Lipoprotein-Cholesterol Subfractions. D.H. Park, J.W. Ransone. Int J Sports Med 2003 ; 24 : 245-251. Effects of non-specific vs individualized exercise training protocols on aerobic, anaerobic and strength performance in severely obese subjects during a short-term body mass reduction program. Lafortuna CL, Resnik M, Galvani C, Sartorio A. Endocrinol Invest. 2003;26 (3) : 197-205.



Mag n°10 VOLODALEN

LRDL

Masculin
Nombre de messages : 276
Age : 71
Localisation : : nouméa
Métier : : néant
Passions : : néant
Date d'inscription : 03/12/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum