Le dopage sportif : en finir avec l’hypocrisie

Aller en bas

Le dopage sportif : en finir avec l’hypocrisie

Message par LRDL le Jeu 13 Déc 2007 - 2:37

Un article un peu long mais si vrai qu'il mérite que l'on prenne 5 minutes pour le lire. C'est quand même plus facile que de rester 4h00 sur son vélo et ça a l'avantage de faire réfléchir !

N’ayons pas peur de le dire et de l’écrire : certains sports professionnels riment bien avec dopage, et ceci depuis fort longtemps. Tous les sportifs le savent, les dirigeants s’en accomodent et les instances fédérales en profitent. Ne nous y trompons pas : ce beau monde, dans une ambiance feutrée d’omerta, a fermé les yeux parce qu’il y trouvait son compte.
Quand l’ancien sprinter canadien déchu, Ben Johnson, annonce : « sur une ligne de départ de finale du 100 m, il n’y a pas un athlète qui soit propre », on peut croire qu’il connaît son sujet. D’ailleurs le problème n’est plus de savoir qui se dope ou pas, mais qui se fait pincer ou pas. Et ceux qui se font prendre sont l’arbre qui cache la forêt. On connaît en effet très bien les temps nécessaires pour que les produits dopants ne laissent plus de traces sur les analyses.
Les contrôles positifs pendant les compétitions sont des accidents, provenant d’athlètes peu respectueux des consignes médicales. Pas de quoi se féliciter en ne décelant que 2% de contrôles positifs sur une compétition. Et pourtant, cette fourberie générale qui a régné jusqu’à présent commence à s’effriter. Pourquoi ?

D’abord, qu’est-ce qu’un produit dopant ? C’est un produit, vendu dans le commerce, donc utilisable par chacun de nous, généralement avec ordonnance, mais qui se trouve sur la liste de produits interdits par une instance sportive internationale ou nationale (CIO, UCI, FFA, FFC). Cette liste de produits est souvent modifiée et n’est pas la même selon les instances et les pays. La frontière licite-illicite est donc assez floue, en tout cas fluctuante et relative aux découvertes pharmaceutiques du moment. On n’accusera pas un politicien en campagne de se doper s’il prend les mêmes produits qu’un athlète.

Le phénomène du dopage resterait un non-dit s’il ne faisait pas tant de ravages chez les athlètes. On peut presque parler de comportements suicidaires chez ceux qui acceptent d’entrer dans certains sports professionnels. Le constat est dramatique pour les champions cyclistes : Coppi mort à 41 ans, Anquetil 53 ans, Bobet 58 ans. Sans oublier les disparus dans l’exercice de leurs fonctions : Simpson 30 ans, Pantani 34 ans, les suicidés : Koblet 39 ans, Ocana 49 ans. Ainsi que tous ceux qui versent dans la lourde toxicomanie, accoutumés qu’ils sont aux injections et aux psychotropes.

Ces dernières années, un revirement tardif tente d’éradiquer le phénomène parce que le dopage touche maintenant largement le monde amateur avec des sportifs de plus en plus jeunes. Si l’on a pu sacrifier, par le passé, les héros des stades, on ne peut se résoudre à mettre en péril toute la jeunesse sportive. Le sport, dont on a tant vanté les effets bénéfiques, se révèle aujourd’hui dangereux.
C’est toute une image qui bascule avec des conséquences désastreuses, pas seulement d’un point de vue éthique mais surtout financier et donc aujourd’hui vital. Les fédérations se nourissent d’une image de marque et de sponsoring privé. Si les héros se transforment en parias, c’est tout un business juteux dont beaucoup de gens vivent qui disparaît, c’est tout le système de financement du sport de compétition qui est touché. La soi-disant lutte contre le dopage fut longtemps un jeu de dupes qui dénonçait quelques moutons noirs (Virenque) pour absoudre tous les autres.
Les investisseurs sont confrontés aujourd’hui à cette impossibilité : donner du sport une image valorisante, c’est-à-dire performante et propre, sans que la notion d’exploit soit remise en question. Imaginez une étape du Tour de France avec une seule ascension de col ? Les héros redescendus simples mortels.
Comment idéaliser monsieur Tout-le-Monde ? Pourtant, les coureurs du Tour de France, malgré les contrôles, roulent un peu plus vite chaque année avec des performances que tous les spécialistes mesurent comme « surhumaines ». L’athlétisme, à défaut de trouver des sprinters exemplaires, peine à redistribuer des médailles rendues par les vainqueurs condamnés (Marion Jones). On entend alors : « Le mal est plus profond qu’on ne le pensait. » A qui veut-on faire croire que les responsables de l’athlétisme et du cyclisme (pour ne citer qu’eux) ignoraient les pratiques obscures de leur sport ?

Les solutions existent et on les connaît fort bien : des contrôles inopinés, à tout moment de l’année, répétés et sanctionnés sévèrement, sans échappatoire possible, sans exil temporaire à l’étranger. Des contrôleurs au fait de l’évolution de la pharmacopée. Des suivis médicaux réguliers de tous les champions référencés. Ces mesures ne sont pas appliquées de façon rigoureuse parce que admettre l’ampleur du dopage c’est reconnaître l’absurdité des valeurs sur lesquelles le sport professionnel s’est construit.

On a vite compris, dès les années 1930, que les vainqueurs des stades pouvaient jouer le rôle de héros potentiels. L’héroïsme n’est pas un phénomène nouveau mais il se logeait jusqu’au XXe siècle dans la proximité et l’imaginaire. La proximité de son champ d’action et de sa reconnaissance (village, région), l’imaginaire des légendes, des fables et des contes, bref, situé dans d’autres sphères que celles de la réalité.
Dans le monde scientifique du direct télévisé où nous vivons, le vainqueur doit faire face à deux phénomènes nouveaux : le chronomètre et la mondialisation. Ce n’est pas tout de courir vite, il faut courir le plus vite de tous mais aussi de tous les temps. On connaît l’ensemble des sportifs de haut niveau ainsi que les performances du passé. Le héros, pour conserver son statut dans notre cœur, doit les dépasser et de façon durable.
Or le genre humain possède des limites physiques qu’on ne réussit pas à repousser éternellement. Une fois les techniques d’entraînement optimisées, le matériel (chaussures, vêtements, vélos) maximalisé, il devient naturel de recourir à d’autres moyens, chimiques cette fois. La médecine, le vent en poupe, devenue capable de maîtriser et donc de survaloriser certaines fonctions physiologiques devient le compagnon idéal. Le sport ne pouvait pas passer à côté. Les héros resteront sur un nuage, les sponsors investiront, tout le monde (admirateurs et admirés) trouvera sa place. Ajoutons qu’un athlète de 18 ans, à qui on promet monts et merveilles, se moque pas mal de ce qu’il sera à 50 ans.
Un sondage effectué sur des adolescents demandant s’ils choisiraient de rester sportif moyen en vivant vieux, ou devenir « star » en mourant à 45 ans est très révélateur : plus de 80% optent pour la célébrité. Doit-on les tenir responsables de cette évolution vers une culture de la gagne, de l’adulation du vainqueur, de la honte au vaincu, de l’anxiété de l’échec ? Pense-t-on vraiment que le jeune sportif se procure ses médicaments à la pharmacie du coin de la rue ?

Est-il sérieux de stigmatiser les sportifs que l’on a propulsés héros en les rendant coupables de tromperies ? Le dopage est le résultat d’un état d’esprit de société qui n’admet pas la récession. Les records sont faits pour être battus comme l’économie ne peut que croître. Comment veut-on ensuite qu’une jeunesse pour qui on a érigé la réussite comme seul objectif de vie ne se donne pas tous les moyens d’y parvenir ?
« Se dépasser », l’expression maîtresse de notre temps, fait pourtant des ravages, mais n’oublions pas que nous en sommes les uniques responsables et que nous n’avons cessé d’encourager ces valeurs-là. Abstenons-nous de huer les héros qu’on adulait quand ils sont pris en faute, de les taxer de « tricheurs » en les enfonçant dans le désespoir et la toxicomanie. Ils ne sont que les victimes logiques d’un processus infernal. Grisés par la notoriété de leurs succès, nous avons feint trop longtemps de l’ignorer.

C’est toute notre société qui triche avec eux. Nous réclamons des héros pour alimenter nos fantasmes mais refusons qu’ils utilisent les procédés techniques leur permettant d’assumer leur statut de surhommes. Nous voulons en même temps que nos champions transgressent les limites physiologiques mais renonçons à excuser leur moindre défaillance quand ils forcent le destin pour rester à la place où on les a hissés. Etrange attitude que celle d’un public assoiffé de victoires qui ne pardonne jamais la défaite, qui demande à ses favoris une perfection éthique en exigeant des performances inhumaines. Voilà quelques éléments qui donnent à réfléchir avant de condamner à l’emporte-pièce les athlètes médiatisés.

Philippakos
Photographe dans un centre de recherche archéologique, passionné de culture visuelle et de sociologie de l’image. Ancien élève de l’école Louis Lumière.

LRDL

Masculin
Nombre de messages : 276
Age : 71
Localisation : : nouméa
Métier : : néant
Passions : : néant
Date d'inscription : 03/12/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le dopage sportif : en finir avec l’hypocrisie

Message par Motobylette le Jeu 13 Déc 2007 - 15:19

Ca c'est bien vrai la Roussette, moi il m'a fallu cinq ans d'éfforts acharnés pour que la boule me médiatise enfin sur le site de la ligue.(avec une modeste photo Sad ) et durant cette longue traversée du désert médiatique il m'a fallu bcp de volonté pour résister "aux sirènes des succés"(je traduis"aux seringues du véto") affraid affraid
avatar
Motobylette

Masculin
Nombre de messages : 226
Age : 54
Localisation : : devant véto
Passions : : peut être un peu le tri
Date d'inscription : 19/03/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le dopage sportif : en finir avec l’hypocrisie

Message par La Boule le Ven 14 Déc 2007 - 15:00

Et pourtant !!! C'est pas faute d'avoir essayé mon cher beep-beep lol!

Soit tu passais trop vite devant l'appareil et c'était flou, soit tu nous gratifiait d'une perf trop moyenne pour que les photographes t'attendent... ou alors, et là je me pose vraiment la question, n'était-ce pas parce que tu passes trop de temps à faire tes "pauses-caca" improvisées et cachées de tous ?? affraid ... Dilemme qui demande réflexion et analyse...

malheureusement, je n'ai pas non plus toujours des photos de tout le monde, je le regrette car ce serait mieux que chaque participant figure dans nos albums, mais c'est au bon vouloir de nos généreux photographes (que je remercie au passage)...

PS : demain, INTERDIT que tu t'arrêtes sur un coin du parcours de kart pour faire tes besoins hein ?!!? :twisted:
avatar
La Boule

Masculin
Nombre de messages : 894
Age : 48
Localisation : : Noumea
Métier : : Pinpon
Passions : : ...
Date d'inscription : 03/12/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le dopage sportif : en finir avec l’hypocrisie

Message par Néné le Lun 17 Déc 2007 - 5:02

L'essentiel est dit dans cet article.
C'est pourquoi je dis souvent que ce sont nos jeunes qu'il faut protéger et surtout éduquer jusqu'à l'âge "responsable" où le seul choix leur incombera d'en croquer ou pas...
C'est tout le système qui est condamnable et comme il est dit dans cet article, nous y avons tous contribué.
Chacun sa conscience..

_________________
Néné &...no doping & no drafting !...
"C'est parce que la vitesse de la lumière est supérieure à celle du son, que certains paraissent brillant avant d'avoir l'air con..."
avatar
Néné
Admin

Nombre de messages : 1861
Age : 64
Date d'inscription : 02/12/2005

Voir le profil de l'utilisateur http://triathlon-asptt-noumea.org/topic/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le dopage sportif : en finir avec l’hypocrisie

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum