Amstrong, dopage : Ballester répond. (1/2)

Aller en bas

Amstrong, dopage : Ballester répond. (1/2)

Message par Néné le Sam 28 Oct 2006 - 13:08

Ci-après l'intégralité d'un "chat" sur internet, questions adressées à Pierre Ballester, journaliste de "L'Equipe.

Pierre Ballaster, ancien journaliste à l'Equipe, a couvert le Tour de France pendant dix ans. Il est l'auteur, avec David Walsh, grand reporter au Sunday Times, de "L.A. Confidentiel" et "L.A Officiel" (éditions La Martinière), deux livres-enquêtes sur Lance Armstrong, accusé de dopage. Dans le second ouvrage, s'ajoutent une douzaine de nouveaux témoignages confondant le coureur américain.

4 des 6 coureurs suivant Armstrong au classement final du tour 2005, ont été "soupçonné" de dopage et empêché de courir le tour 2006. Comment Armstrong à l'eau fraîche a t il pu battre largement des dopés ? Quand empêchera t on de courir des coureurs sous ordonnances médicales qui cachent le véritable dopage ? Prieur

- Vous avez votre réponse dans la question. Comment a-t-il fait ? En faisant la même chose, mais en mieux, en plus sophistiqué. La découverte de son cancer, en 1996, lui a ouvert des portes insoupçonnées, qui lui ont permis, entre autres, d’avoir accès à un dopage sanguin. L’EPO n’explique cependant pas tout de ses performances ahurissantes. Connaissiez-vous quelqu’un qui a remercié le ciel d’avoir eu le cancer ? Je n’en connais qu’un : lui.

Quelles sont les sanctions qu'on peut imposer aux cyclistes pour faire le ménage dans ce sport? Les arrêts de compétitions pour l'ensemble des coureurs pendant une certaine période après un cas de dopage, est-ce que ça marchera? Faut-il laisser ces décisions aux fédérations nationales? Andy, Paris IIIe

- Au rythme où vont les choses (c’est-à-dire de plus en plus fou), la pédagogie et la sanction au sens actuel du terme ne suffisent plus. Si l’on tient à « faire le ménage » comme vous dites, il serait judicieux, à mon sens, de les toucher… au portefeuille. En bref, s’appuyer sur des analyses rétroactives pour réclamer des dommages et intérêts. Après tout, les tricheurs ont souillé leur sport, les émotions qui en découlent, et l’argent qu’ils en ont récolté. Un individu qui a fraudé le fisc doit payer a posteriori. Quant aux fédérations nationales, certains sont trop « partisanes » pour oser s’attaquer à leurs compatriotes. Surtout quand il s’agit d’une personnalité aussi influente et intimidante qu’Armstrong qui, par exemple, n’a pas hésité à exercer des pressions importantes sur des témoins (de « LA Confidentiel » puis « LA Officiel » notamment) pour les faire taire.

Avez vous reçu des menaces de la part de l'équipe d'Armstrong ? SL8R

- Personnellement, non. David Walsh, le co-auteur, a pour sa part reçu un mail de la part des avocats d’Armstrong l’avertissant des « conséquences » auxquelles il s’exposait peu avant la sortie du premier livre en juin 2004. A vrai dire, comme répondu précédemment, les « menaces » se sont exercées sur la quinzaine de témoins conjugués sur les deux livres. Le paroxysme de cette méthode étant la rédaction d’un communiqué de rétractation publique rédigé par l’avocat d’Armstrong en lieu et place de… Greg LeMond (ancien triple vainqueur du Tour, qui avait émis de gros soupçons sur les performances de son compatriote) et diffusé dans USA Today (un grand quotidien américain), que LeMond n’avait bien évidemment jamais signé…

Bonjour, pensez-vous que Lance Armstrong avait toujours un coup d’avance par rapport à la détection de substances illicites, ou que, comme Carl Lewis, il a bénéficié d’une large mansuétude des instances sportives américaines ? Tripleplateaux

- Un peu des deux mon capitaine… Dans « LA Officiel » des témoins rapportent notamment que l’acheminement de poches de sang vers les hôtels où se trouvaient Armstrong et son équipe s’effectuaient en moto équipée de sacoches réfrigérées. Où se niche le progrès… Quant à la fédération américaine de cyclisme, « noyautée » par des proches d’Armstrong, il lui était bien difficile de débusquer une affaire qui l’aurait mis dans un fâcheux embarras. On ne tire pas sur une icône qui rapporte.

Que pensez vous d'une légalisation du dopage, ou d'un dopage toléré et contrôlé ? Edouard

- C’est vrai que cette réflexion devait être abordée… Mais non, franchement, ça me semble incompatible avec plusieurs notions : l’aspect sanitaire (un médicament, ça reste un médicament, autant dire dangereux, voire mortel, quand mal utilisé. Et le sport de haut niveau signifie paroxysme à tout point de vue) ; l’aspect sportif : certes, la compétition induit des performances, mais que valent-elles quand obtenues par un biais frelaté ? La notion d’éthique : le terme est obsolète, je sais, et est battu en brèche, mais la triche ou le mensonge ne doivent pas être les moteurs de la performance. L’aspect législatif enfin : le sport est régi par des lois, quoi qu’on en pense, et dépasser la ligne jaune signifie ne pas les respecter.

Pensez vous qu'il puisse exister un jour du sport propre, quant on voit les enjeux financier qui sont derrière tout ça ? Edouard

- Ne me tentez pas… Non, je suis très pessimiste sur la question. On demande, on réclame même, aux acteurs sportifs de faire toujours plus, et ces derniers sont motivés par les entourages (certains médecins ambigus – soigneurs et préparateurs à la fois -, certains sponsors, organisateurs, médias…) eux aussi stimulés par les colossales retombées financières. C’est un cercle vicieux dans lequel tous les intervenants trouvent leur place, leur intérêt. Ceux qui brisent la loi du silence sont dès lors jetés aux orties. Alors, même si l’AMA (agence mondiale antidopage) et une prise de conscience générale qui réalise que le sport de haut niveau, ce n’est – surtout – pas la santé, j’ai bien peur que l’enjeu prime de manière définitive sur le jeu.

Y a-t-il une chance qu'un jour la culpabilité de Lance Armstrong soit définitivement établie et qu'il doive restituer ses sept médailles du Tour de France ? Faudra-t-il encore supporter longtemps son arrogance ? rakham

- Aucune chance… Les instances sportives (UCI notamment) ont validé les victoires d’Armstrong. Il n’y a donc aucun recours pour que la justice civile ou autre s’en mêle. M. Armstrong peut donc toujours traité allègrement les joueurs de l’équipe de France de football de « trous du cul » sans être inquiété. En revanche, il ne peut pas maîtriser une option : le regard que les gens portent sur lui désormais, à la lumière des éléments qui le révèlent sous son vrai jour.

Pourquoi ne foutez vous pas la paix à Armstrong ? Vous avez une curieuse façon de gagner votre vie en brassant du vent sur le dos des autres. philippe

- Rassurez-vous, mon « gagne-pain » se trouve ailleurs. Doit-on « foutre » la paix » à Armstrong qui a menti, triché, souillé son sport, kidnappé le Tour ? Doit-on donner raison aux athlètes qui agissent frauduleusement ? Doit-on les laisser impunis une fois les méfaits acquis, avec ce supplément d’arrogance qui ajoute à l’injustice sportive ? Toutes proportions gardées, ne poursuit-on pas ceux qui ont triché dans d’autres domaines (politique, économique…), ceux qui sont partis les poches pleines en ayant floué leur monde ? La sphère du sport doit-t-elle être épargnée parce que c’est du sport justement ? Et lorsque vous parlez de « vent », c’est que vous paraissez bien « couvert » pour ne pas être sensible à l’avalanche de faits et de témoignages (sous serment, je le rappelle) qui révèlent le personnage Armstrong. Prenez juste le temps de vous informer avant de porter un jugement.

Au risque de ne pas être très original Mr Ballaster, j'aimerais vous demander : pourquoi avoir attendu tout ce temps pour nous faire vos "révélations" ? C'est toujours la même chose : on profite bien du système puis après on "crache dans la soupe" et on dénonce ou on enquête. Je sais qu'il faut du temps pour réunir des témoignages mais franchement, il y a une belle hypocrisie autour du dopage et surtout il faut qu'on m'explique à moi, le fan couillon qui va au bord des routes et qui arrive à peine à cadrer avec mon appareil photo, Indurain et Chiapucci dans la Val Louron (côte > 10% !)en 91, expliquez-moi donc pourquoi j'irai me déplacer voir des veaux qui roulent à 15 de moyenne en zigzagant dans la montagne comme moi le dimanche matin ? Chris

- A dire vrai, nous n’avons pas « attendu », bien au contraire. Notre premier ouvrage « LA Confidentiel », a paru en juin 2004, alors que Lance Armstrong était toujours un coureur en activité (il remportait cette année-là son 6e Tour de France). En outre, à mon sens, ça ne s’appelle pas « cracher dans la soupe » ou « dénoncer », mais révéler, porter à la connaissance de, rendre compte, restituer. C’est une forme de respect par rapport au public : informer, informer vrai, au plus juste, même si ça ne fait pas toujours plaisir. Quant au fait de vous déplacer désormais au bord des route, je vous prends à rebrousse-poil : ne croyez-vous pas que vous vivrez des émotions autrement plus intenses en assistant à des défaillances, des rebondissements, de la sueur, des visages émaciés de coureur qui rouleraient à 28 km/h et non plus 34 ? 6km/h, au fond, ça changerait quoi de votre perception des champions ?

.../...

_________________
Néné &...no doping & no drafting !...
"C'est parce que la vitesse de la lumière est supérieure à celle du son, que certains paraissent brillant avant d'avoir l'air con..."
avatar
Néné
Admin

Nombre de messages : 1861
Age : 64
Date d'inscription : 02/12/2005

Voir le profil de l'utilisateur http://triathlon-asptt-noumea.org/topic/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum